Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 21:44
Lorsque Tim a emménagé dans la somptueuse résidence de Fairview, il pensait avoir fait une bonne affaire ....

Lorsque Tim a emménagé dans la somptueuse résidence de Fairview, il pensait avoir fait une bonne affaire ....

James, Rebecca - La vérité sur Anna - XO éditions - Parution : 5 juin 2014 - ISBN : 9782845636835

Synopsis

Tim, un jeune australien, recherche un logement modeste pour fuir la cohabition difficile avec son ex petite amie Lilla et son nouveau boy-friend. Dans un journal local, il découvre une annonce pour une chambre dans le quartier de Fairview, à Sidney. Pour un loyer modique, il pourra s’installer dans l’une des plus belles demeures de Sidney. Tout ce qu’il aura à faire sera de veiller sur la propriétaire des lieux, une jeune fille agoraphobe qui vit cloitrée chez elle.

Installé dans sa nouvelle chambre, Tim tente de sympathiser avec sa propriétaire. Celle-ci est froide, distante et étrangement fuyante. Bien décidé à fraterniser avec sa nouvelle propriétaire Tim multiplie les efforts et ces derniers finissent par payer. Au fil des jours, une relation d’abord fragile et distante, puis de plus en plus intime se noue entre eux. Au fur et à mesure que Tim découvre le terrible passé de la jeune femme, d’étranges événements viennent ternir leur relations : d’étranges silhouettes spectrales hantent les couloirs la nuit et tentent d’étouffer Tim pendant son sommeil, la cuisine est saccagée, des inscription apparaissent sur les murs …

Critique :

   La vérité sur Anna est le second roman de l'auteure australienne Rebecca James, aprés La Beauté du Mal (Beautiful malice).

   Construit à la façon d'un huis-clos , il est tout entier centré autour de la demeure de Fairview et de ses deux occupants : Tim et Anna et plus particulièrement autour de Anna. En effet, du fait de son agoraphobie, cette denière ne peut quitter la maison. Elle est donc prisonnière des lieux, condamnée à subir le poids de son passé. Autant dire que sa situation semble inextricable : son passé la condamne a ne pas quitter la maison et cette dernière ne cesse de lui rappeler le passé.

   Sur ce arrive Tim, qui est l'antithèse d'Anna. Si elle est timide, lui est plutôt extraverti, si elle est mal dans sa peau, lui est plutôt à l'aise dans la sienne, si Anna est prisonnière de son passé et cloitrée dans la maison, Tim vit dans le présent, sans se préoccuper du passé ni se soucier de l'avenir. De plus, il est passionné de surf et de vie au grand air. Dès le départ, le binôme Tim/Anna semble vouer à l'échec. Que peut bien faire ce grand dadais de surfer avec une créature aussi fragile qu'Anna ? La cohabition entre ces deux personnages opposés présageait des trésors de rebondissement : gags comiques, lapsus malheureux, situations tendues, maladresses, etc. … Mais étrangement, ces ressorts ne sont presque pas exploités dans l'intrigue. Tim se comporte plus en protecteur, en chevalier servant, qu'en gaillard maladroit ou mal à l'aise … et les deux habitants fraternisent et se rapprochent …

   Il faudra attendre l'intervention d'un troisième protagoniste, Lilla, l'ex petite amie de Tim, pour que la personnalité de Anna gagne en complexité … ou plutôt pour qu'un autre aspect de sa personnalité se dévoile. Celui d'une femme en colère, une manipulatrice et une adversaire à la hauteur de la nouvelle venue, Lilla. Car Lilla est tout à la fois tout le contraire de Anna et de Tim. C'est un personnage vraimente excessif, au point d'en devenir irritant, antipathique. Elle est arrogante, sans gêne, provocante … bref, elle a tout de la parfaite garce, la séduction sulfureuse compris. Du coup, du thriller intimiste qu'elle était initialement ; l'intrigue tend vers le drame sentimental avec jalousies, rivalités et scènes de ménages à la clef … Et même si au vu du dénouement (que je ne narrerais pas), les scènes de rivalité s'expliquent finalement, j'ai trouvé un rien domage que que les querelles amoureuses occupent tant d'importances dans l'intrigue. Personnellement, j'ai un petit faible pour les intrigues dans lesquelles la vie intime ou sentimentale des protagonistes est réduite au minimum … mais bon, je suis peut-être un peu vieux jeu.

   Heureusement, l'intrigue est servie par un style très épuré, sans ce luxe de fioritures qui alourdit souvent la narration et perd le lecteur dans un maquis de digressions inutiles. Ici, uniquement des phrases courtes, presques lapidaires, qui ne nous livrent que les informations essentielles à la compréhension de l'intrigue. Rien de plus. Du coup, la lecture est agréable, et l'on se laisse porter avec plaisir par le rythme de la narration qui alterne les points de vue. Point de vue de Tim, caméra subjective mais regard objectif, neutre sur les événement. S'il ne comprend pas ce qui lui arrive, du moins essaye-t-il d'y voire clair et de raisonner ; puis point de vue de Anna, à la troisième personne du singulier (pas un pluriel de majesté mais celui de l'aliénation, de la folie - « je est un autre »).

   Au final, que dire ? Certes, La vérité sur Anna n'est pas le best steller de l'année. Certes, qui recherche le suspens, les émotions fortes, bref, le grand frission, sera, comme moi, un peu déçu de l'expérience, restera sur sa faim, mais cela reste une agréable expérience de lecture si l'on accepte de se laisser porter par le fil de la narration, un bon roman à lire à la plage ou dans le train sur le chemin des vacances.

Il y a tant de tristesse sur son visage. Je la vois en permanence, maintenant. Ses yeux brillent d'une sérénité et d'une sagesse qui ne sont pas de son âge. J'imagine que cette tristesse sera toujours là, comme une cicatrice sur un tronc d'arbre à l'endroit où une branche a été arrachée. Ses plaies se résorberont au fil du temps, elles changeront d'aspect, mais elles ne disparaîtront jamais complètement.

Rebecca James, La Vérité sur Anna

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus002 - dans Romans Thriller Huis-clos
commenter cet article

commentaires

Un job d'enfer! 12/07/2014 17:40

Ce sera le livre parfait pour ne pas bronzer idiot! Merci pour la découverte!

Présentation

  • : Considérations Intempestives
  • Considérations Intempestives
  • : En 1873, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche publiait ses "considération intempestives " en réaction aux dérive de son époque : fièvre identitaire, dérive nationaliste, Enquistement dans la pensée unique. Aujourd'hui, la philosophie, à son tour, s'est peu à peu laissée gagnée par le mal du temps (Il n'y a qu'à lire quelques lignes de Ferry, Finkielkraut et consorts pour s'en convaincre). Seul le roman noir et quelques irréductible philosophes continuent à brandire le pavillon de la critique ... Ce sont eux que je désire vous faire connaître.
  • Contact

Profil

  • Petrus002
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
">

Mes livres sur Babelio.com

Recherche

Archives

Mes livres sur Babelio.com