Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 06:48
censure-internet-liberte-L-1Encore une fois, les adolescents ont prouvé leur capacité à s'approprier les outils de l'information et de la communication pour désservire leur propres intérêts.

Une enseignante d'anglais d'un collège Marseillais a porté plainte contre un groupe d'élèves de 3 ème qui avaient créé un groupe de discussion sur le réseau social "Facebook" pour réclamer son départ. L'enseignante, encouragé par sa hiérarchie a officiellement porté plainte contre l'élève auteur du groupe de discussion et contre tous ceux qui avaient publiés des messages insultants dans ce groupe.

Ce nouvel incident révèle une fois de plus combien une éducation aux enjeux de l'utilisation des TIC reste indispensable dans les établissements scolaires. En effet,  la simplification et la convivialité toujours croissante des outils du web 2.0 ont mis à porté des adolescents des moyens accrus de communication ... et leur ont donné le pouvoir de se constituer en véritables "groupes de pressions" (lobbies) pour faire entendre leurs intérêts souvent contre ceux des équipes éducatives.

Que les élèves s'approprient les outils du web 2.0 pour s'exprimer collectivement et faire entendre leurs intérêts pourrait constituer en soi une avancée des moyens de la liberté d'expression au sein d'une démocratie (aprés tout, les partis politiques, les syndicats et autres groupes d'intérêts fonctionnent ainsi depuis longtemps) mais il demeure que cette liberté d'expression reste encadrée par des lois et que ces mêmes lois interdisent formellement de se défouler verbalement sur qui nous a déplu. Aussi ce n'est pas parce que l'on s'exprime sur internet, protégé (crois-t-on) derrière son écran, que l'on échappe à ses lois - les élèves de cette classe de 3 ème l'apprendront à leur dépends lorsqu'ils recevront la convocation du commissariat de police.

Aussi, que faire ? Si l'interdiction ou la suppression des réseaux sociaux  dans les établissements scolaires reste une réponse brutale, aveugle et au demeurant stupide à ce genre de comportement (tout comme le fait de vouloir suspendre la connexion internet des "pirates" d'internet (Cf le projet de Loi HADOPI)) , une autre voie serait de former et d'éduquer les élèves, mais aussi les adultes (parents, enseignants, éducateurs, ...) aux usages citoyens de l'Internet.

Cette "éducation à l'information" (Information Literacy) -puisque c'est d'elle dont il s'agit - ne doit plus être une éducation aux seuls outils de l'information (à leur manipulation) comme c'est encore trop souvent le cas dans les lycées et collèges à travers les certifications du B2I collèges et lycées puisque d'une part les élèves ont magistralement fait la preuve de leur aisance technique à l'usage de ces outils souvent bien moins maîtrisés par les adultes, et d'autre part parce que de tels usages induisent de nouvelles responsabilités de la part des usagers des TIC et que ce sont précisément ces responsabilités que les "jeunes" méconnaissent sous prétexte qu'Internet serait un territoir de libertés. En permettant à tout un chacun de devenir auteur et éditeur de ces idées et opinions, Internet aura également engagé la responsabilité des adolescents (et de leurs parents) aux droits et devoirs qui régissent la liberté d'expression et la protection de la personne.

A cet égard, il faut louer la réaction de la hiérachie de cette enseignante qui - une fois n'est pas coutume - a fait bloc derrière la prof incriminée et a décidé d'une part de rappeler les élèves à la loi (la fameuse convocation au comissariat de police pour les auteurs du déli) et d'autre part de "profiter de l'événement pour sensibiliser l'ensemble des élèves du collège au cadre législatif des usages d'internet.

Notons aussi que de nombreux dispositifs existent déjà au sein des programmes des lycées et collèges pour une éducation à l'information (ECJS, modules, TPE, etc.) et qu'un tel enseignement fait partie des missions des professeurs documentalistes depuis la création du CAPES de documentation. Cependant dans bien des établissements, ces derniers se trouvent seuls, isolés dans leurs CDI, surchargés de travail (et oui les prof. doc. ne font pas que sdépoussiérer des livres et coller des étiquettes !) et n'ont pas le temps à consacrer à cette formation pourtant si nécessaire.

La solution serait tout naturellment de multiplier le nombre de professeurs documentalistes au sein des établissements scolaires  ... mais pour l'instant les priorités de l'Education Nationale ne semblent pas vouloir le réaliser ... et les enseignants de se retrouver avec toujours plus de responsabilité et toujours moins de moyens pour les mettre en oeuvre. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus002 - dans Actus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Considérations Intempestives
  • Considérations Intempestives
  • : En 1873, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche publiait ses "considération intempestives " en réaction aux dérive de son époque : fièvre identitaire, dérive nationaliste, Enquistement dans la pensée unique. Aujourd'hui, la philosophie, à son tour, s'est peu à peu laissée gagnée par le mal du temps (Il n'y a qu'à lire quelques lignes de Ferry, Finkielkraut et consorts pour s'en convaincre). Seul le roman noir et quelques irréductible philosophes continuent à brandire le pavillon de la critique ... Ce sont eux que je désire vous faire connaître.
  • Contact

Profil

  • Petrus002
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
">

Mes livres sur Babelio.com

Recherche

Archives

Mes livres sur Babelio.com