Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 08:00

 

Kerr, Philipp .-. La Trilogie Berlinoise .-. Editions du masque .-. 2008 .-. ISBN : 978-2-253-12843-4

  La-Trilogie-Berlinoise---L-ete-De-Cristal---La-Pale-Figure-.jpg

 

   Les époques les plus troubles de notre histoire sont souvent les plus propices à l'émergences de grandes intrigues policières. Elles s'y épanouissent avec aisance et majestée, telles des roses sur un boisseau de fumier. Celà tient au fait que, à la différence des autres genres du roman policier, le polar relève d'avantage de la sociologie que de la psychologie (cas du thriller) ou de la logique (roman à énigme) . En effet, le polar s'est donné comme but ou vocation de rendre compte des réalités sociales les plus sombres de notre histoire (crimes, terrains mafieux, délinquence, etc.). Et, comme tel, il se plait à croître en eaux troubles. Songez à l'Amérique des troubles raciaux de James Elroy, ou aux banlieux tenues par les gangs de Georges p. Pelacanos ... Autant de grandes intrigues nées d'un terreau trouble et passablement malsain.

 

   A cet égard, nulle époque n'aurait pu être mieux choisie que celle que Philipp Kerr à choisi pour développer l'intrigue de sa Trilogie berlinoise puisqu'il s'agit de l'Allemagne du troisième Reich. Certes, le sujet a abondemment été défloré et pas toujours de la meilleure des façons tant il y a eu de groussières carricatures de l'Allemagne nazies ... Et l'on aurait été en droit d'appréhender un énième récit lénifiant et moralisateur sur ce sujet. Mais c'est là que le génie du roman noir intervient. Parce qu'il se plait à ne paindre des personnages et des situation ambigües (ni franchement noires, ni vraiment blanches), il parvient à brosser le tableau d'une époque complexe et pour le moins troublée sans rien perdre ni de la complexité des situation ni de l'agitation perpétuelle de l'allemagne nazie.

 

   Le personnage principal, Bernie Gunther, n'est à cet effet ni un héro au sens classique du terme, ni um monstre, mais une personne ordinaire qui essaie de survivre dans une époque où la chose devient de plus en plus difficile. Certes, il lui arrive de recourir à des moyens que la déontologie la plus élémentaire des forces de l'ordre condamnerait (chantage, marché noir, brutalités divers et variées, etc.) pour parvenir à ses fins - C'est là tout l'intérêt des enquêtes de détectives : ces derniers ne sont pas tenus à un code de conduite. Mais sa conduite reste dictée par une exigence morale supérieure qui lui interdit et lui évite (parfois de justesse) de basculer du côté de la barabarie.


   A l'instar du personnage principal, les protagonistes de Bernie (associés, ami(e)s, maîtresses, etc) sont également des personnages complexes qui échappent à toute position manichéenne. Poussés par la nécessité de survivre dans une société où la barabarie est devenue la norme, ces derniers sont amenés à faire de "petites entorses" à la morale -  peccadilles par rapport à la violence que la société exerce sur sa population  - ce qui les met parfois en mauvaise posture par rapport à la loi ou aux exigences morales de la sociétés bien pensante allemande. D'autres,  moins chanceux, ne doivent leur malheur que d'être né au sein d'une religion honnie par une race prétendue supérieure et ceux là devront déployer des trésors d'imagination pour échapper aux persécutions. Etant hors la loi par décret, ils évoluent dans un univers où les repères moraux convenus n'ont plus court et où seuls la survie compte.


   Enfin, on trouve les personnages les plus sombres de notre palette. Ceux à qui profitent les troubles et, parfoix, ceux qui sont à l'origine des troubles. Ceux-là sont, dans l'Allemagne nazie, aujourd'hui bien connus. Ils se nomment Heydrich, Himmler, Goering  ... Hitler. Ces personnages, loins d'être décrits comme des monstres sans âmes, sont brossés au contraire comme des personnages aux dessins et aux motivations complexes et souvent antagonistes. Mûs d'avantage par l'intérêt et le pouvoir que par attachement à une idéologie (fut-elle celle du nazisme), on les découvre petits, vils, mesquins ... brefs humains, presque trop.

 

  Bref, au travers d'une gallerie de portraits réalistes et implacables, Philippe Kerr nous livre dans la Trilogie berlinoise trois enquêtes d'une qualité et d'une clairvoyance exceptionnelle.

 

 - L'Eté de cristal (March violets)

 - La pâle figure (Le pâle criminel)

- Un requiem allemand (A german requiem)

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus002 - dans Polars
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Considérations Intempestives
  • Considérations Intempestives
  • : En 1873, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche publiait ses "considération intempestives " en réaction aux dérive de son époque : fièvre identitaire, dérive nationaliste, Enquistement dans la pensée unique. Aujourd'hui, la philosophie, à son tour, s'est peu à peu laissée gagnée par le mal du temps (Il n'y a qu'à lire quelques lignes de Ferry, Finkielkraut et consorts pour s'en convaincre). Seul le roman noir et quelques irréductible philosophes continuent à brandire le pavillon de la critique ... Ce sont eux que je désire vous faire connaître.
  • Contact

Profil

  • Petrus002
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
">

Mes livres sur Babelio.com

Recherche

Archives

Mes livres sur Babelio.com