Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 17:17

La stagiaire et le mammouth : les désarrois de l'élève professeur - Hart, Lucie - Editions Alphée - Août 2010 - Broché, 263 pages - ISBN : 978-2-7538-0618-4

 

"Il y a quelque-chose de pourri au royaume des profs !

 

 

 

stagiaire-et-mammouth.jpg


   Reçue première à l'agrégation d'anglais, auteur de plusieurs articles et ouvrages tant en littérature et civilisation américaine qu'en littérature française, Lucie Hart souhaite intégrer le corps des enseignants et faire profiter de ses connaissances et de sa culture aux jeunes générations.

  Mais voilà, pour avoir la chance de faire partie du corps des enseignants, il faut d'abord avoir été adoubé par ses paires au long d'une (ou plusieurs) longue(s) année(s) de formation professionnelle au sein de l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) et c'est là que le bas blaisse. En effet, il semblerait qu'aux yeux des formateurs et inspecteurs de l'IUFM, un bon niveau de connaissance et un sens avéré de la pédagogie ne soit pas suffisant pour faire un "bon" enseignant. Car ces deux compétences, Lucie Hart les possède sans conteste, elle qui a été brillament réussie l'agrégation d'anglais et enseigné dans les plus brillantes universités américaines. Mais celà ne suffit pas aux yeux des gardiens du corps professoral.

 

  Refusée lors de sa première année de stage dans l'un des meilleurs lycée de France pour être arrivée en retard lors de la rentrée universitaire, elle se voit accordée une seconde chance par l'institution ... qui l'envoie refaire une année de formation dans l'un des pires établissement de l'hexagône. Sauf que cette fois, le système l'a dans le colimateur et semble bien décidé à ne rien laisser passer.

 

   Mais qu'a donc pu faire cette stagiaire pour autant iriter l'Education Nationle ? Est-ce ses diplômes et sa notoriété universitaire et éditoriale que jalousent formateurs et inspecteurs (qui ne sont, pour centains, que des universitaires ratés) ? Est-ce son âge, 40 ans, qui font d'elle le Bouc Emissaire de l'IUFM ? Ou est-ce seulement que l'Education Nationale rechigne à accorder une seconde chance à ceux qui échouent une première fois à rentrer dans ses rangs, à ceux qui n'ont pas le profil doux et soumis de l'agneau sacrificiel. 


   C'est ainsi que d'inspections en inspections et de rapports en recours, se joue un bras de fer entre la stagiaire, frèle et menue, forte seulement de motivation et de ses diplômes et le mammouth Education Nationale, puissant de ses légions de formateurs, d'inspecteurs et d'enseignants titulaires. Mais comment vaincre "quand on est seule et qu'ils sont si nombreux" A lutter contre un ennemi si puissant, comment notre stagiaire, si héroïque soit-elle, peut-elle réussir ? Surtout si le système et ses sbires s'acharnent, avec toute la mauvaise foie dont il est capable, pour écraser la satagiaire rétive ?

 

    Ecrit un an aprés la mort des IUFm et leur refonte dans les Universités, cet ouvrage porte un regard impartial et plein d'humour sur les dysfonctionnement des IUFM, en dénonce l'absurdités kafkayenne et l'hypocrisie de ses méthodes de sélection ... sans jamais sombrer dans le nostalgisme de salle des profs ("C'était mieux avant !", "Les élèves ne sont plus ce qu'ils étaient!" etc.).

 

    Faut-il maintenant en déduire qu'il fallait supprimer les IUFM : instituts imparfaits et souvents inutiles pour la formation des enseignants ? Fallait-il en déduire qu'il fallait jeter directement et sans la moindre préparation les futurs enseignants, tout juste sortis de leur formation universitaire, dans l'arêne à raison de 18 heures par semaine avec pour seul soutient la présence lointaine d'un conseiller pédagogique situé, le plus souvent, dans un autre établissement ? Certes pas, car si les IUFM étaient imparfaits, ils avaient au moins pour vertu de réunir les aspirants professeurs, de créer une solidarité entre eux et ainsi de les aider à supporter l'absurdité d'un système resté inhumain et absurde. 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Considérations Intempestives
  • Considérations Intempestives
  • : En 1873, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche publiait ses "considération intempestives " en réaction aux dérive de son époque : fièvre identitaire, dérive nationaliste, Enquistement dans la pensée unique. Aujourd'hui, la philosophie, à son tour, s'est peu à peu laissée gagnée par le mal du temps (Il n'y a qu'à lire quelques lignes de Ferry, Finkielkraut et consorts pour s'en convaincre). Seul le roman noir et quelques irréductible philosophes continuent à brandire le pavillon de la critique ... Ce sont eux que je désire vous faire connaître.
  • Contact

Profil

  • Petrus002
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
">

Mes livres sur Babelio.com

Recherche

Archives

Mes livres sur Babelio.com