Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 14:12

Cuneo Anne. Le Maître de Garamond : Antoine Augereau, graveur, imprimeur, éditeur, libraire. Librairie générale française, Le Livre de poche. 20 Octobre 2004, Poche, 630 pages. ISBN : 978-2-253-10995-2

 

 9782253109952-copie-1.jpg

 

Paris, 25 décembre 1534. Pendant que dans leurs chaumières les parisiens  se préparaient à fêter la Noël, sur la Place Maubert on s'apprêtait à pendre un homme suspecté d'hérésie. Cet homme : Antoine Augereau, imprimeur, éditeur et graveur de caractères typographiques. On le suspectait d'avoir été à l'origine des placards séditieux contre la Messe et l'Eglise catholique.

 

Mais qui était vraiment Antoine Augereau ? Les accusations qui lui ont values d'être condamnées étaient-elles fondées ? Ou n'était-il qu'un bouc-émissaire ?

 

Antoine Augereau était une de ces personnalités à l’autorité naturelle qu’on remarque non pas parce qu’elles veulent se faire remarquer, mais parce qu’elles dépassent du moule commun. C’était un homme de lettres, un érudit, probablement un théologien. Il savait non seulement le latin comme tout un chacun, mais aussi le grec, qu’il écrivait, gravait et publiait. C’était un grand imprimeur, et il a sans doute été un grand pédagogue. Il a créé et transmis les caractères typographiques qui ont – directement ou indirectement – modelé ceux dont nous nous servons encore de nos jours. Il était l’imprimeur (c’est-à-dire l’éditeur) de Marguerite de Navarre, la sœur du roi François Ier. Comment en éatait-on arrivé à condamner un homme pareil ?

 

C'est son plus fidèle disciple et apprenti - Claude Garamond - qui se charge de raconter l'histoire  de son Maître (et la sienne par la même occasion). Il relate la naissance d’Antoine Augereau dans un milieu où se côtoient artisans et quelques-uns des intellectuels les plus brillants des débuts de la Renaissance française, qu’il s’agisse de droit, de médecine ou de mathématiques, son enfance à Fontenay-le-Comte à l’ombre du couvent où a vécu François Rabelais, son apprentissage à Poitiers, son immersion dans le milieu le plus érudit du Paris de son temps, ses discussions avec Geoffroy Tory, Robert Estienne, Clément Marot, avec lesquels il inventera l’usage des accents et de la cédille, ses premiers contacts avec la pensée des humanistes et avec celle de la Réforme naissante. Et enfin, son édition du Miroir de l’âme pécheresse, écrit par la sœur du roi de France, dont les théologiens de la Sorbonne désapprouvent la pensée ; comme la Sorbonne, gardienne jalouse d’une orthodoxie qu’elle voudrait figée et sans faille, ne peut pas condamner la sœur du roi, c’est Augereau qui paiera pour elle.

 

Mais Le maître de Garamond est aussi autre chose : c’est un voyage aux sources de la typographie, de l’imprimerie et de l’édition modernes. C’est le grouillement de la Grand-Rue Saint-Jacques du temps où elle abritait plusieurs imprimeurs par maison. C’est la pensée la plus moderne en train de se forger, une pensée humaniste, loin de tout fanatisme, ouverte, généreuse, qui rêve d’universalité : des hommes et des femmes lui sont à tel point attachés qu’ils sont prêts à mourir pour la défendre. À Antoine Augereau, elle coûtera la vie.

 

Une aventure extraordinaire et merveilleusement documentée dans l'univers de naissance de l'imprimerie. Un récit captivant, envoutant, à lire et relire sans modération !!


 

 


 

 

INTERVIEW EXPRESS de la romancière Anne Cuneo
Dumas chez les typographes

- Comment avez-vous découvert Augereau?

- Par hasard, bien sûr. En réalisant un film sur le grand typographe suisse Adrian Frutiger, j'ai interrogé un spécialiste alémanique qui m'a raconté, hors caméra, l'étonnante histoire d'Augereau. Mon cameraman s'est écrié: "Bon Dieu, c'est un film!" et moi "Bon Dieu, c'est un roman!" J'ai commencé des recherches pour un scénario et voilà, quatre ans plus tard, c'est... un roman.

- Qu'est-ce qui vous a passionnée dans cette histoire, la typographie ou la religion?

- Je me suis rendu compte tardivement de ce qui saute aux yeux en lisant ce bouquin: religion, politique et typographie ou imprimerie sont une seule et même chose! J'ai paniqué face aux subtilités du mouvement évangélique - ces gens ne se voulaient pas réformés, pas luthériens - et j'ai arrêté. Puis j'ai découvert une étude sur Augereau, dont l'auteur, une adorable octogénaire, m'a beaucoup aidée dans mes recherches. Je suis ensuite allée sur les lieux de jeunesse d'Augereau et j'ai découvert que Rabelais y vivait exactement aux mêmes années dans une ville pas plus grande que la Cité à Lausanne, du château à la Palud! Ils n'ont pas pu ne pas se connaître.

- Vous prenez-vous pour Dumas ?

- Non, mais c'est mon idole. Les trois mousquetaires ont changé ma vie, j'y ai appris le français, et à vingt ans je pouvais terminer n'importe laquelle de ses phrases. J'ai lu absolument tout Dumas et depuis une semaine j'oscille entre indignation - comment a-t-on osé le déranger de sa tombe de Villers-Cotteret, là où il voulait reposer? - et bonheur - enfin on lui donne au Panthéon la place qui lui revient. Car au fond on s'est moqué de lui: il n'y pas longtemps qu'on a enfin établi une édition critique de son oeuvre

 

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus002 - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Considérations Intempestives
  • Considérations Intempestives
  • : En 1873, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche publiait ses "considération intempestives " en réaction aux dérive de son époque : fièvre identitaire, dérive nationaliste, Enquistement dans la pensée unique. Aujourd'hui, la philosophie, à son tour, s'est peu à peu laissée gagnée par le mal du temps (Il n'y a qu'à lire quelques lignes de Ferry, Finkielkraut et consorts pour s'en convaincre). Seul le roman noir et quelques irréductible philosophes continuent à brandire le pavillon de la critique ... Ce sont eux que je désire vous faire connaître.
  • Contact

Profil

  • Petrus002
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
">

Mes livres sur Babelio.com

Recherche

Archives

Mes livres sur Babelio.com