Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 13:40

Dugain Marc .- La malédiction d'Edgar .- Gallimard, Folio 2005. - ISBN 970 2 07 033967 9

 

51Q2F3H399L._SL500_AA300_.jpg

 

  J.E. Hoover. Cet homme a régné sur l'Amérique pendant près de 50 ans survivant à plus de 6 président et à une nombre tout aussi important de crises majeures sans jamais quitter la tête du Bureau Fédéral d'investigation.

 

   Arrivé à la tête du FBI à la fin des années 30 alors que le Bureau n'était qu'un petit organisme chargé d'enquêter sur des délits de grand banditisme, il a su en faire une agence de renseignement fédérale toute puissante collectant des informations sensibles jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir dans le but de maintenir l'Amérique sur les rails de l'orthodoxie conservatrice et puritaine.

 

   Pourtant, le personnage de Hoover ne manquait pas de contradictions et de faiblesses : farouchement concervateur, ardent défenseur des valeurs puritaines de l''Amérique profonde, il entrenait des relations pour le moins ambigües avec le milieu de grand banditisme et de la mafia (qu'il a toujours refusé de poursuivre) et n'hésitait pas à faire des entorces à la morale puritaine prônée haut et fort par le FBI.

 

   Que ce soit sa relation intime avec Clyde Tolson, son adjoint et amant, son refus d'intervenir contre la mafia dont l'emprise s'étendait aux yeux de tous sur le territoire américain ou ses relations interlopes avec les grands pétroliers du middle west, l'image du numéro 1 du FBI, garant de l'orthodoxie américaine, semble pour le moins fissurée, fondée sur une assise pour le moins fragile.

 

   La malédiction d'Edgar, de Marc Dugain, se veut un témoignage de la grandeur et de la décadence du FBI et par certains égars elle témoigne bien à sa façon de 50 ans de l'histoire du FBI. Mais ce témoignage se présente comme celui de Clyde Tolson, l'amant de Hoover. Ce qui donne à ce récit une connotation pour le moins étrange : à mi-chemin entre le récit mémoire et l'apologie. Le récit de Tolson visite ainsi l'histoire des Etats Unis à travers le regard étrange de Tolson, s'arrêtant longuement sur des évéments mineurs de l'histoire et sur les relations de Hoover avec les différents présidents et leur ministres de la justice mais passant relativement vite sur les épisodes majeures de l'histoire américaine (l'affaire du Watergate, l'assassinat du président Kennedy puis de son frère Bobby, ...)

 

   Au final, La malédiction d'Edgar est récit passionnaant et passionné sur le "règne Hoover" qui nous en apprend beaucoup sur qui était intimement John Edgar Hoover et comment il a su transformé le FBI d'agence fédérale contre le grand banditisme en l'organe de rensignement tout puissant qu'il est devenu à la fin des années 70.

 

   L'écriture, le style est celui d'un bureaucrate. Le récit présenté comme celui de Clyde Tolson veut s'en tenir scrupuleusement au faits, même lorsqu'il s'agit d'analyser les sentiments réciproques de Hoover et de ♦(pourtant le narrateur de ce récit), il s'efforçe veinement à l'objectivité alors que la subjectivité la plus aveugle, l'admiration la plus fidèle transpire derrière chaque affirmation de Tolson. Ce qui donne l'impression étrange d'en savoir à la fois trop et trop peu ; trop en termes sur la vie intime et les penchants suspects de Hoover et pas assez sur des événements historiques dans lesquels le FBI est ou a été suspecté de prendre une part active.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus002 - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Considérations Intempestives
  • Considérations Intempestives
  • : En 1873, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche publiait ses "considération intempestives " en réaction aux dérive de son époque : fièvre identitaire, dérive nationaliste, Enquistement dans la pensée unique. Aujourd'hui, la philosophie, à son tour, s'est peu à peu laissée gagnée par le mal du temps (Il n'y a qu'à lire quelques lignes de Ferry, Finkielkraut et consorts pour s'en convaincre). Seul le roman noir et quelques irréductible philosophes continuent à brandire le pavillon de la critique ... Ce sont eux que je désire vous faire connaître.
  • Contact

Profil

  • Petrus002
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
  • Passionné de littérature, de culture et d'art avec une prédilection pour les polars et le jazz, l'auteur désire simplement partager sa passion.
">

Mes livres sur Babelio.com

Recherche

Archives

Mes livres sur Babelio.com